Bientôt un « trousseau » de fournitures scolaires gratuites pour tous les enfants ?

Alors que le prix des fournitures scolaires a augmenté de façon drastique cette année, le gouvernement réfléchit à de nouvelles alternatives pour venir en aide aux enfants scolarisés.

L’inflation continue de creuser un trou dans le budget des Français, et l’achat des fournitures scolaires de la rentrée n’a pas aidé. Avec de fortes augmentations dénoncées par les associations de consommateurs, les foyers ont dépensé environ 208 euros par enfant pour acheter cahiers, stylos et classeurs, sans parler bien sûr de tous les autres frais liés à la scolarité des enfants.

Une nouvelle initiative pour faciliter la rentrée scolaire ?

Outre la prime de rentrée scolaire, de nombreuses collectivités locales ont mis en place des aides afin de soulager les parents à la rentrée. Cartables et fournitures offerts, aides pour les familles en difficulté… Pour l’instant, ces aides sont généralement délivrées au cas par cas, dans les mairies qui l’ont décidé, et ne représentent pas une aide à l’échelle globale du territoire. Mais cela pourrait bientôt changer.

En effet, le ministre délégué à la Ville et au Logement Olivier Klein a affirmé à l’antenne de FranceInfo vouloir « travailler avec le ministre (de l’Education, ndlr) pour la rentrée 2023 à une procédure qui ferait que dans les quartiers populaires les enfants aient tous leurs fournitures. » Il souhaite en effet s’inspirer de ce qu’il a mis en place en tant que maire de Clichy-sous-Bois en Seine-Saint-Denis : « Cela fait trois ans qu’à la rentrée tous les enfants du CP au CM2 vont avoir sur leur table l’ensemble du trousseau nécessaire. Il y a des maires qui ont déjà commencé à le faire, d’autres y réfléchissent. »

Des fournitures gratuites pour les élèves

Pour mettre en place ce trousseau qui pourrait représenter une aide précieuse, Olivier Klein affirme qu’il est nécessaire de « travailler dans les quartiers populaires, en politique de la ville, les cités éducatives. » « On pourrait le faire avec les parents, les enseignants parce qu’il faut définir ce trousseau. » Le tout sans dépenser des fortunes, puisqu’il précise qu’à Clichy : « C’est la ville qui achète, cela coûte à peu près 30 euros par enfant, on est soutenu par l’Education nationale et le ministère de la politique de la ville. Avoir ce trousseau sur la table cela a une force symbolique, d’équité. » Une initiative qui devrait séduire de nombreuses familles.