Cancer du sein : comment les grossesses peuvent empêcher l’apparition de tumeurs mammaires.

Mener une grossesse à terme réduirait le risque de développer un cancer du sein. Dans une nouvelle étude, des chercheurs expliquent pourquoi, mais aussi comment cela pourrait favoriser la lutte contre la maladie.
La grossesse à terme réduit le risque de cancer du sein. Dans une nouvelle étude, les chercheurs expliquent pourquoi et comment cela pourrait aider à combattre la maladie. Une vaste méta-analyse publiée dans The Lancet en 2002 a mis en évidence le fait que la grossesse peut protéger contre le cancer du sein. À l’époque, les chercheurs expliquaient que chaque grossesse à terme réduisait le risque de 7 %. Une nouvelle étude publiée dans le numéro de décembre 2021 de la revue Cell Reports s’intéresse à ce phénomène pour améliorer la prévention de la maladie.

Des cellules anti-tumeur apparaissent après la grossesse.

L’étude a été menée sur des souris femelles par des chercheurs du Cold Spring Harbor Laboratory. Un groupe de rongeurs avait déjà mis bas, l’autre pas. Sur les cellules échantillonnées, ils ont séquencé l’ARN pour « analyser la composition des cellules épithéliales et non épithéliales dans le tissu mammaire ». Selon les résultats obtenus, après la grossesse, les cellules mammaires font appel à des cellules immunitaires spécialisées appelées « cellules T tueuses naturelles » ou « lymphocytes NKT ». Ceux-ci empêchent la formation de tumeurs, un phénomène qui, étonnamment, n’a été observé que dans le sein. La chercheuse Amritha Varshini Hanasoge Somasundara a déclaré: « Même si les cellules NKT sont présentes dans d’autres parties du corps, vous ne voyez pas cette expansion dans d’autres parties du corps. » Dans leur rapport, elle et ses collègues ont déchiffré : « Nous montrons que l’expansion des NKT après la grossesse est due à une forte expression de la protéine spécifique CD1d sur les cellules épithéliales mammaires. Les NKT contribuent à la tumorigenèse mammaire (un ensemble de facteurs et de mécanismes conduisant au cancer ou à la malignité). »

Cette découverte pourrait-elle améliorer la prévention du cancer du sein ?

Après la première étude, les auteurs espèrent poursuivre leur travail en explorant plusieurs points. Amritha Varshini Hanasoge Somasundara explique : « L’une des hypothèses sur lesquelles nous travaillons actuellement est : le troisième trimestre provoque-t-il la même expansion des sous-types de cellules immunitaires que le premier trimestre ? ». Les chercheurs veulent également voir si le même phénomène se produit chez l’homme. En particulier, des commentaires sur l’induction d’un grand nombre de cellules NKT dans le tissu mammaire à mesure que les femmes vieillissent et traversent la ménopause. »