Comment inventer des histoires pour les enfants ?

Les enfants adorent leur inventer des histoires. Cependant, très peu de parents commencent. Manque d’inspiration et peur de ne pas y arriver… plus facile de lire un livre . Lire des histoires aux enfants est une bonne chose. Encore mieux de lui en inventer un.

Raconter une histoire fictive, c’est aussi raconter une âme d’enfant. C’est le don de soi. Nous utilisons les choses les plus intimes. Nous partageons son regard sur la vie, ses valeurs et sa vision du monde sous forme métaphorique. « C’est pourquoi aucun livre, aussi merveilleux soit-il, ne peut remplacer les histoires que vous créez pour vos enfants !

Ou et comment ranconter d’histoire ?

La narration demande du calme, de l’intimité, de la proximité. Asseyez-vous ensemble sur le lit de votre enfant ou sur le canapé. Aucun livre ne peut vous séparer. Vous pourrez établir un contact visuel, utiliser tout votre corps pour raconter des histoires, imiter des aventures et exprimer les émotions qui surviennent. Avec autant d’expressions au-delà des mots, votre enfant s’en nourrira..

Combien de temps peut durer une histoire ?

Il n’y a pas de règles. Certaines histoires ne contiennent que quelques phrases et durent une minute ou deux. D’autres prennent des mois ou même plus. Laure Decazenove a témoigné : « Je connais beaucoup de familles qui ont raconté la même histoire avec des rebondissements au fil des années. » En commençant par des histoires courtes. Et si possible, les tout-petits (2/3 ans) car ils aiment les choses très simples : les cochons qui prennent leur bain, les abeilles qui ne veulent pas aller à l’école. Laissez ensuite votre enfant vous guider. Regarde ça. S’il commence à s’agiter, s’il montre des signes d’ennui, il est temps de créer une nouvelle aventure ou d’amener un autre personnage. Et réfléchissez à la dépravation de l’histoire.

Qu’est-ce qu’une bonne histoire ?

Une histoire est un problème (comme le héros qui perd sa mère) et sa solution (comment il parvient à la retrouver). La structure narrative se compose généralement de trois étapes :

1 : Situation initiale (présentant à la fois les personnages et le décor) La sélection des héros est cruciale. Animaux, humains, objets, personnages fantastiques : ne vous limitez pas, ils ont tous leur place dans votre histoire ! Au contraire, le bizarre ne fait pas peur aux enfants. Ils peuvent contenir n’importe quoi. Certains personnages vous plairont tant qu’ils continueront à s’étendre d’une histoire à l’autre, au fil du temps. D’autres ne marcheront que sur une courte distance… et s’en iront. Précisez où et quand l’histoire se déroule. Pas besoin de descriptions longues et détaillées. « Il était une fois, dans une grande maison au milieu de la forêt » suffisait à planter le décor. L’aventure peut commencer.

Deux : le problème à résoudre

C’est le principal moteur de toute histoire. Quand les ennuis arrivent, l’histoire commence vraiment ! Le héros sauve la princesse, mais le méchant roi les fait rattraper par ses voleurs qui les jettent dans une grotte. Heureusement, le héros a un caillou magique dans sa poche, et quand on le frotte, un lutin apparaît. Ce dernier a aidé les amoureux à s’échapper dans la forêt, mais maintenant un dragon ailé se dirige droit sur eux. Comment vont-ils sortir de ce pétrin ? En ajoutant de l’aventure, vous pouvez continuer votre histoire aussi longtemps que vous en avez le temps. N’hésitez pas à doubler. Les problèmes complexes et leurs solutions sont exactement ce qui intéresse les enfants. Ce qu’ils essaient d’apprendre à travers les histoires, c’est comment on se sort du pétrin quand ça va mal (quand on se fait gronder, quand on casse quelque chose, quand on se perd…). La vie ne va pas assez vite pour leur donner autant de réponses qu’ils le souhaitent. histoire, oui.

Trois : la fin

Généralement, un événement met fin à l’aventure du héros. Le bon roi revient punir les méchants. Le navire du traître coule. Même – si vous n’êtes pas inspiré – l’alarme se déclenche et le héros se réveille : ce n’est qu’un rêve ! Même si c’est peu probable, même si c’est un peu rapide, il faut qu’il y ait une fin pour marquer la fin du rétablissement de l’équilibre. La fin est rassurante. Ainsi se termina l’aventure.

Doit-il avoir une fin heureuse?

Il existe deux types de fins : soit une fin heureuse où le héros se retrouve dans une meilleure situation qu’au début de l’aventure, soit une fin malheureuse où les choses vont plutôt mal pour lui. tu choisis ! Les deux fins correspondent à des scénarios de vie possibles. De plus, une fin triste peut soulager le chagrin de votre enfant et trouver du réconfort, non seulement à cause de l’histoire que vous venez de lui raconter, mais à cause des choses de la vie qui l’ont blessé.

Et si je suis à court d’idées ?

La chose la plus importante dans l’improvisation d’une histoire est l’humilité, l’humilité. Commencez petit et apprenez de ce que vous savez. L’invention est avant tout une copie. Décalage des histoires plus ou moins traditionnelles. Le plus simple est de changer la fin de l’histoire. Que se serait-il passé si, dans Les Trois Petits Cochons, le chaudron avait de la magie et transformait le loup ? Histoire mitigée : Les sept nains et les trois petits cochons vivent ensemble, et Zorro tombe amoureux de la princesse et du petit pois. Changer le cours de l’histoire : Le Petit Chaperon rouge décide de ne pas aller chez sa grand-mère et Blanche-Neige fait avaler à sa belle-mère une pomme empoisonnée.

Des conseils pour trouver l’inspiration ?

Invente des objets magiques. Décrivez-les, dites leur but et leur pouvoir. Commencez par le premier objet que vous voyez et transformez-le. Un chapeau magique, une armoire à chauve-souris, des chaussures pour vous faire grandir… l’histoire est en marche.

Fabriquez une boîte magique contenant divers petits objets : galets, échantillons de tissu, clés, enveloppes, plumes, colliers, épingles à cheveux, etc. Choisissez-en un au hasard et inventez-en une histoire. Ce tissu fleuri provient de la jupe d’une jeune fille très pauvre que son oncle lui a envoyée par bateau depuis l’Amérique… vous pouvez aussi envoyer vos enfants au travail. J’ai trouvé cette enveloppe sur le banc et quelqu’un l’a mise là.

Demandez à votre enfant de penser à un mot sans le dire et choisissez-en un pour vous. D’abord annoncé par lui : par exemple « poisson ». Alors annoncez le vôtre : « Pyjama ». Allons-y ! Naturellement, votre cerveau, troublé par cette association décousue, se mobilise pour trouver une histoire qui les relie. maintenant, c’est à votre tour !