Chine

En Chine, il est de bon augure de laisser le grand-père paternel choisir un nom approprié. Pour les Chinois, le choix du nom est important puisqu’il déterminera la personnalité du bébé.

Finlande

Traditionnellement, en Finlande, on évite de dire le nom du bébé avant son baptême. Les enfants n’ont donc pas de nom ou portent un autre prénom pour leurs quatre ou cinq premiers mois de vie.

Japon

Au Japon, un prénom qui se termine par « ko » « e », « i » ou « o est utilisé pour nommer une fille. Les prénoms choisis pour les filles dénotent généralement une valeur morale. On utilise un prénom se terminant par “rô” pour un garçon. Leurs prénoms qui sont moins créatifs que celui des filles représentent leur rang dans la famille.

Nigéria

Au Nigéria, dans la culture yoruba, les bébés peuvent porter vingt prénoms ou même plus. En plus du nom de famille, les bébés reçoivent un nom qui décrit les circonstances de la naissance, un nom qui représente ce que ses parents lui souhaitent dans la vie, puis les parents et les proches sont invités à donner une contribution volontaire pour donner un nom au bébé. Cet argent est ensuite donné aux parents et les noms demeurent.

Grèce

Les familles grecques nomment le fils aîné d’une famille du prénom du grand-père paternel. Si c’est une fille, elle portera le prénom de la grand-mère paternelle. Les enfants qui suivent sont généralement nommés selon d’autres proches, suivant les prénoms de l’Église orthodoxe.

Asie

À certains endroits du Moyen-Orient et d’Asie, il est mal venu de dire qu’un bébé est joli. Vous pourriez lui porter malheur! D’ailleurs, en Chine, certains bébés portaient autrefois le prénom “Laid” pendant un certain temps pour que les mauvais esprits ne s’y intéressent pas trop jusqu’à ce qu’on lui donne son vrai nom.

Bali

À Bali, le bébé est constamment porté jusqu’à son 105e jour. À ce moment, il est présenté aux divinités ancestrales et à la terre par un rituel au cours duquel un prêtre le protège du mal. C’est à ce moment qu’on donne au bébé son nom définitif.

Navajos

Pour les Navajos, les prénoms d’un bébé sont si sacrés qu’on ne les utilise que pendant les cérémonies et les moments importants. Le reste du temps, il n’est pas rare de s’appeler “fils”, “fille” ou “père”. Chez eux, le premier rire d’un bébé est aussi porteur de sens et donne lieu à une grande fête.

Ghana

Sept jours après l’accouchement, les Akans, au Ghana, donnent à leurs bébés le nom d’un parent qu’ils admirent et qu’ils apprécient dans l’espoir que cet enfant aura un jour les mêmes qualités que lui. Les prénoms des Akans ont aussi des significations particulières. Un prénom peut vouloir dire “justice”, par exemple.

Italie

De nos jours, les Italiens ont délaissé cette tradition, mais pendant longtemps, ils nommaient leurs enfants selon les saints catholiques et parfois selon le lieu de naissance. Par exemple, un bébé né à Rome pouvait s’appeler Romolo, mais on retrouvait bien peu de Romolo ailleurs en Italie.

Consultez nos autres articles sur les prénoms, vous y trouverez des idées, des conseils et de l’inspiration!