On pense tout savoir sur la poussette de Bébé.

C’est vrai, on la pilote tous les jours ou presque pour faire un tour, une balade…

Mais sans vraiment s’en rendre compte, il nous arrive de faire des erreurs de conduite, d’adopter de mauvais réflexes et de faire courir des risques à notre bébé.

Voici quelques situations dangereuses et les solutions à adopter pour des promenades en toute sécurité.Rouler avec une poussette mal adaptée

Le mauvais plan : récupérer la poussette d’une amie à l’arrivée de notre nouveau-né sans même vraiment se renseigner sur ses fonctionnalités.
Ce que nous devons faire : il est essentiel de promener son nourrisson dans une poussette homologuée dès la naissance, aux normes en vigueur, la garantie d’une parfaite sécurité.

Ces poussettes se distinguent par  leur confort et elles sont modulables afin d’offrir la possibilité de clipper sur leur châssis une nacelle et/ou un siège-auto, et bien entendu le siège de la poussette, appelé le hamac. Une nacelle n’est pas indispensable si le hamac de votre poussette est bien moelleux, avec des renforts latéraux, muni d’un cale-tête et qu’il s’allonge intégralement.

En effet, jusqu’à 6-7 mois, un bébé a besoin pour son confort et sa santé de rester dans une position allongée.Laisser le hamac en position siège
Le mauvais plan : quand notre nourrisson est réveillé, relever le dossier du hamac.
Ce que nous devons faire : jusqu’à 6 mois environ, Bébé a besoin de dormir, c’est essentiel à son bon développement.

De plus, il n’a pas encore développé tous les muscles de son dos et de son cou nécessaires au bon maintien de sa tête. En promenade, on garde le dossier du hamac en mode totalement allongé ou, plus confortable encore, on laisse Bébé dans sa nacelle. Pour les petits tours et les sorties rapides, on peut également l’installer dans son siège-auto (cosy).

Mettre son couffin sur sa poussette

Le mauvais plan : poser le couffin en osier sur le hamac (en position allongée) de la poussette pour se balader avec bébé pendant qu’il dort.

Ce que nous devons faire : un couffin ne se pose pas sur une poussette.

Pour se promener avec bébé comme si il était dans son petit lit, seule la nacelle peut jouer ce rôle. Il n’existe pas vraiment de nacelle universelle, il est donc essentiel avant de faire son achat de s’assurer qu’elle pourra bien s’adapter à notre poussette.

Aujourd’hui, il existe aussi quelques sièges-autos capables de s’allonger entièrement mais leur confort est différent et ne permet pas de laisser bébé toute une nuit dedans comme on peut le faire avec une nacelle.

Réparer sa poussette soi-même

Le mauvais plan : bricoler le châssis de sa poussette et le réparer soi-même avec un adhésif, de la colle ou de la ficelle (on l’a déjà vu !)
Ce que nous devons faire : le châssis est une pièce importante, c’est la structure sur laquelle vont reposer tous les accessoires (hamac, nacelle, etc) et qui permet de diriger la poussette avec son guidon ou ses poignées. Si ce dernier est endommagé ou cassé, inutile de tenter un bricolage avec un ruban adhésif ! On le change rapidement, car il pourrait casser et Bébé risquerait de chuter. Il en va de même pour les roues. On se met en relation avec le service après-vente de la marque afin d’envisager les différentes possibilités de réparation et leurs coûts si la poussette n’est plus sous garantie. Le site de la Clinique de la poussette propose une multitude de pièces détachées neuves compatibles avec un grand nombre de poussettes de marques.

Accrocher des sacs sur la poussette

Le mauvais plan : rouler avec des sacs lourds de courses accrochés au guidon ou aux poignées de notre poussette.
Ce que nous devons faire : utiliser le panier (situé sous le hamac) pour ranger les affaires encombrantes et lourdes. Il en faut peu à certaines poussettes pour qu’elles basculent.
Mettre un lange sur la capote Le mauvais plan : quand la chaleur monte, notamment en été, recouvrir la poussette avec un lange pour protéger Bébé du soleil et lui apporter de l’ombre pendant la balade.

Ce que nous devons faire : le phénomène a été démontré et expliqué à plusieurs reprises : placer un langer empêche l’air de circuler et ne fait qu’accentuer la chaleur à l’intérieur de la poussette. Le mieux à faire pour rafraîchir son enfant en été pendant la balade est de laisser la capote déployée afin de permettre à l’air circuler. Certaines capotes offrent la possibilité de s’ouvrir à l’arrière afin de créer un courant d’air, le bonheur !

Bébé assis dans sa poussette, sans harnais

Le mauvais plan : ne pas passer le harnais sur Bébé.
Ce que nous devons faire : petite ou grande sortie, on passe le harnais sur l’enfant et on le verrouille. Le harnais évite que le bébé ne glisse dans son siège ou qu’il se retrouve dangereusement penché vers l’avant, notamment si vous devez descendre un trottoir. De plus, les tout-petits n’ont pas le sens du danger. Sans le harnais, il suffit d’un moment d’inattention pour que l’enfant s’échappe.
Ne pas actionner les freins quand on s’arrête Le mauvais plan : s’arrêter pour chercher son portable, lâcher plus ou moins son guidon…

Ce que nous devons faire : à l’arrêt, si on lâche sa poussette même une seconde, on bloque les freins pour éviter qu’elle ne dérive, d’autant plus si le terrain est pentu.

Mettre sa poussette sur la chaussée

Le mauvais plan : rester sur le trottoir et descendre sa poussette sur la chaussée en attendant de traverser.

Ce que nous devons faire : bien que le Code de la route stipule que dès que le piéton manifeste sa volonté de traverser, l’automobiliste est tenu de lui céder le passage (cf. article R415-11 du Code de la route), une voiture peut soudainement débouler et venir faucher la poussette ! Avec Bébé, on emprunte toujours les passages piétons et on n’engage jamais sa poussette sur la chaussée avant le passage du feu au rouge et l’arrêt total des véhicules en circulation.

Emprunter des escalators rapidement avec sa poussette

Le mauvais plan : ascenseur indisponible, flopée d’escaliers à monter… On s’engage vite fait dans les escaliers mécaniques.

Ce que nous devons faire : les escalators sont plus dangereux qu’ils n’y paraissent… Des secousses, un blocage et hop ! La poussette peut vite être déstabilisée et c’est la chute. Avant de s’engager, on préfère laisser plusieurs marches inoccupées devant et derrière soi, c’est plus sûr. On pourra ainsi avancer et sortir sans bousculer Bébé et devoir se presser pour laisser la place. Au moment de monter dans l’escalator, on s’avance et on cale les roues avant sur la marche, les roues arrières sont levées. On garde notre poussette en bon équilibre, à l’horizontal le plus possible, en la maintenant fermement à deux mains.